11
mai
2018

Latiff Mohidin + Vincent Meessen

Visite
Vincent Meessen
Vincent Meessen, "Index", 2016 et Issa Samb, "Portrait d’Omar Blondin Diop", non daté. Vue de l’exposition « Sire, je suis de l’ôtre pays », WIELS, 2016 @Sven Laurent.

Catherine David, directrice adjointe du Mnam-cci

 

15h15 : visite de l’exposition Latiff Mohidin en compagnie de Catherine David

Latiff Mohidin (né en 1941) est un peintre et poète moderne majeur en Malaisie. L’exposition présente la période de formation de l’artiste dans les années 1960 pendant lesquelles il voyage en Europe et en Asie du Sud-Est. Pago-Pago – titre d’une série d’œuvres célèbres – est une formule inventée qui évoque la conscience née de ces voyages. Elle renvoie à une manière de penser et de travailler qui a tenté de complexifier le modernisme occidental, ouvrant à la construction de formes symboliques et de dialogues avec d’autres penseurs avant-gardistes en Asie du Sud-Est.

 

16h00 : visite de l’exposition personnelle de Vincent Meessen en compagnie de Catherine David et l’artiste

Depuis une quinzaine d’années, Vincent Meessen (Baltimore, États-Unis, 1971) développe des travaux au carrefour des champs de l’art et de la recherche. En remettant en intrigue des signes, des images et des récits occultés, ses travaux proposent une actualisation à la fois poétique et polémique de l’histoire et ce à travers divers médias tels que l’image en mouvement, l’image imprimée ou encore le son. Le document d’archive est toujours remis à l’épreuve du présent, le plus souvent dans son contexte géographique d’origine.

 

17h30 : projection du film de Vincent Meessen « Juste un Mouvement » en petite salle.

 

18h30 : « Omar In Memoriam », Forum – 1

Le 11 mai 1973, le corps sans vie du jeune Omar Diop (né en 1946 à Niamey), intellectuel ex-soixante-huitard et figurant dans La Chinoise de Jean-Luc Godard, était retrouvé dans sa cellule à la prison de Gorée à Dakar. L’artiste et la commissaire s’entretiennent avec Dialo Diop, frère d’Omar et militant politique, ancien secrétaire général du Rassemblement National Démocratique, (RND), parti fondé par le grand penseur sénégalais Cheikh Anta Diop, lui aussi opposant historique à Léopold Senghor. Dans sa prime jeunesse, Dialo Diop fut l’un des membres du groupe des « Incendiaires », et condamné à perpétuité pour son opposition violente à la venue de Georges Pompidou à Dakar en 1971. Quelle serait la formalisation possible des mémoires subjectives dans l’écriture d’une histoire politique toujours empêchée par le pouvoir ?

 

 

 

En savoir +

vendredi 11 mai 2018